Un vœu pour 2014…

Un vœu ?
Soyez acteurs du changement !

montre

Par Stéphane VERBOOMEN,
Lions Club Bruxelles Saint Hubert
Président de la Zone 41 du District 112 C Belgium (2013-2015)

 

Mon souhait en cette fin d’année 2013 (et j’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer aux Clubs de ma Zone) est que nous puissions vraiment partager nos expériences respectives, échanger nos idées et continuer de la sorte à fédérer nos Clubs. Alors, partager nos expériences… Magnifique me direz-vous ? Encore faut-il, d’une manière ou d’une autre, donner vie à ce concept…

Un événement récent de la vie de mon club m’a particulièrement interpellé. Si je tiens à vous en faire part aujourd’hui ce n’est pas dans le but de relater un « fait » mais simplement pour partager ce que, « nous en avons fait », la réflexion qui en a découlée et qui, à mon sens, peut être profitable à tous.

Alors, mes amis du Lions Club Bruxelles Saint Hubert ne m’en voudront pas et je ne trahirai aucun secret en vous disant que mon Club, même s’il se porte bien, a lui aussi ses difficultés que nous essayons de surmonter via, par exemple, nos réunions de Club où l’écoute attentive et le respect de chacun dans sa différence restent les meilleurs « outils » pour façonner et renforcer la cohésion du groupe.

Les rapports humains étant ce qu’ils sont et aucun « outil » n’étant efficace à 100%, nous devons malgré tout déplorer la démission récente d’un de nos amis suite, entre-autre, à une perception négative de certaines discussions liées à l’investissement, parfois irrégulier, des membres aux activités du Club.

Bien que ce dernier point n’ait pas été le seul élément déclencheur de cette prise de distance, le sujet de l’investissement des membres au sein du Club et des différentes manières de s’y investir est un sujet, certes délicat, mais primordial car il détermine nos choix futurs et l’orientation à donner à nos activités.

Cet événement regrettable aura toutefois été pour nous l’occasion d’une réflexion positive et d’échanges constructifs au cours desquels chaque membre aura eu l’occasion d’exprimer sa vison et ses attentes par rapport à la vie du Club. Nous pouvons donc affirmer aujourd’hui qu’il ne s’agit en aucun cas de culpabiliser l’un ou l’autre par rapport à sa disponibilité, mais bien de trouver les meilleures solutions d’avenir pour le Club en fonction, justement, des possibilités de chacun. Ceci en gardant bien à l’esprit que l’ordre de priorité reste : la famille, le travail et en dernier lieu le Lionisme.

Dans ce sens, le fait d’aborder, en réunion de Club, le sujet de la participation des membres aux activités n’est certainement pas le signe d’un malaise, mais au contraire, traduit un souci constant de faire évoluer la structure du Club vers une formule adaptée aux exigences de nos vies changeantes, différentes et ceci dans le plus grand respect de chacun.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas une façon d’être membre, il y en a autant qu’il y a de membres. Rien ne devrait donc s’opposer à ce que chacun puisse trouver sa place au sein de notre institution. A nous de faire en sorte que cette conception du Lionisme ne reste pas la simple expression d’une vision idéaliste de la question, mais, au contraire, devienne une réalité constructive acceptée par tous.

D’autre part, n’oublions jamais que le Lionisme est, à l’image de l’auberge espagnole, un lieu où l’on trouve ce qu’on y apporte… Oui, vous pouvez apporter des idées neuves, du changement (si toutefois vous pensez que c’est nécessaire) ! Car, comme je me plais à le répéter, le Lionisme est ce que chacun en fait. Chacun d’entre nous a, de fait, la possibilité d’influencer le cours des choses et de transformer le Lionisme à son image (dans le respect des règles et des Statuts, bien entendu…).

En conclusion, il est certain que pour votre entourage et vos amis, le Lionisme ne sera jamais rien d’autre que la représentation, tout à fait personnelle, que vous leur en donnerez. Et c’est cela qui me fait dire que nous pouvons tous nous y retrouver, prendre du plaisir à nous investir et être de véritables acteurs du changement. Veillons à ce que ceci ne reste pas lettre morte…

Je vous souhaite d’ores et déjà de très joyeuses fêtes de fin d’année !

Bruxelles, décembre 2013

 

Illustration de l’article : St. Verboomen